avril 7, 2010

Journal d’inquiétude n°2

Posted in Journal à 4:20 par le104occup

A l’appel de Mouvement, le 104 a commencé à être « occupé », le 1er avril dernier : « Considérant que le 104 restera sans direction artistique d’avril à juin, nous appelons à en prendre collectivement la direction. Rien de plus, rien de moins. Concrètement, une première assemblée générale constituante (d’un 104 « occupé ») a eu lieu ce jeudi 1er avril à partir de 10 h. En clamant « qu’un autre 104 est possible », il s’agit de faire école… Car sans une réappropriation collective, aujourd’hui même, des moyens de l’art et de l’action culturelle, l’impasse actuelle se referma sur nous tous comme une redoutable souricière. A l’appel de la revue Mouvement, une « initiative citoyenne » a donc commencé à prendre corps ce jeudi 1er avril au 104. Cette occupation pacifique, qui vise à élaborer des alternatives publiques, se heurte pour l’heure à un refus de la Ville de Paris d’accepter la « légitimité » d’une telle démarche participative. Christophe Girard, adjoint à la Culture à la Ville de Paris, recevra cependant une délégation du collectif « Un autre 104 est possible ! », vendredi 9 avril à 16 h 30. Une grande assemblée générale est convoquée auparavant à midi, au 104 occupé.

Ci-dessous, deux contributions, de Sébastien Thiery, docteur en sciences politiques, et de François Deck, plasticien, enseignant en école d’art.

Nous rêvions…
Il y a un an et demi était inauguré le 104, établissement artistique de la Ville de Paris. Institution culturelle d’un genre nouveau, le 104 devait s’imposer comme lieu d’expérimentations tous azimuts, comme théâtre festif d’une activité artistique débordante. Morceau de ville à part entière, le 104 devait faire repère et abris, fabrique d’hospitalités en tout genre. Le 104 devait porter les nécessaires promesses d’une politique culturelle fertile en aventures humaines et politiques, d’une solidarité active entre artistes et citoyens.

Non mais on rêve !
Un gouffre financier invraisemblable, une direction démissionnaire, un passage urbain verrouillé, sécurisé, nettoyé de toute trace d’humanité. Ci-gît la politique culturelle ? Comment, si rapidement, en est-on arrivé là ? Comment a-t-on pu engendrer si parfaitement de la ville sans chair, un squelette de rue ? Comment a-t-on pu à ce point nourrir l’incompréhension des artistes comme des citoyens ? Comment a-t-on pu si furieusement lessiver le projet, essorer les promesses, balayer les rêves ?

Et si nous rêvions ?
Depuis le 1e avril nous opposons à cette apparente fatalité une prise de position : nous occupons les lieux, préoccupés par leur sort, pour nous en occuper. Sans en contraindre le fonctionnement, sans en troubler la programmation, et en attendant qu’une nouvelle direction en prenne les commandes, nous nous plantons là.
Ici, nous voulons faire mémoire des promesses et faire l’archéologie du projet éteint. Ici, nous voulons recueillir des paroles, réveiller des désirs, rassembler des forces. Ici, nous voulons faire s’opérer une réappropriation citoyenne d’un lieu qui ne peut pas sombrer davantage. Ici, nous prenons l’hospitalité pour mieux l’offrir et, sur place pendant 3 mois, nous accueillerons tous ceux qui par la pensée et les actes contribueront à dessiner, voire construire, un autre 104. Alors, prenant une autre direction, ce lieu deviendra-t-il un beau jour une rue, une place, une fête foraine permanente. Un monde.

Sébastien Thiery,
Docteur en sciences politiques

Publicités

3 commentaires »

  1. lefrere said,

    en lisant vos 104 propositions,je me pose une question:pourquoi dans chaque ville n’y aurait il pas un débat autour de ces propositions et pour alimenter cette réflexion engagée?
    Elles ouvrent tellement vers le bon sens.Je ne suis pas à Paris et aimerai pouvoir y participer d’une façon ou d’une autre.

    • François Deck said,

      Oui, dans chaque ville, avec ces propositions, avec d’autres propositions, les vôtres, celles de vos amis. Chacun, là où il est peut faire des propositions et les partager. Les partager c’est déjà vivre. Autrement. Pourquoi pas 104×104 propositions ? Cordialement.

  2. Diotallevi said,

    Bonne nouvelle…Je viens vous voir, car j’ai en tête et en coeur, des projets : (expositions d’Art contemporain d’inspiration latines avec une structure d’accueil en plein centre du quartier historique de Paris, une Compagnie de théâtre Musical : La Compagnie Aleph comédie poétique d’un nouveau genre, d’inspiration expressionniste latine Américaine, des personnalités (galeries d’arts, artistes, enseignants, financiers…) ouvertes à toute proposition intelligente pour l’avenir et de belles choses à transmettre…

    D’autres cultures à découvrir, intégrer, copier , inventer…

    Seront’-elles entendues?

    Lorenza Diotallevi Cabiac
    Chargée de mission pour Place aux artistes
    Galerie Arcima
    167 rue S


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :