avril 3, 2010

Premiers messages de soutien

Posted in Messages de soutien tagged , à 9:48 par le104occup

Premiers messages de soutien

Ariane Mnouchkine
Enfin!! Une vraie proposition! Je ne parle pas de l’occupation du 104,
mais de ce « manifeste pour une politique culturelle alternative » dont
vous évoquez l’idée! Alors, elle serait enfin mise sur le métier cette
Charte que j’appelais de mes voeux sous les huées à Avignon?!! Ce
pacte de solidarité, de vérité entre les artistes et les citoyens
français? Est-ce de cela dont vous parlez? Au moins en partie? Si oui,
alors je vous accompagne, je vous suis, avec enthousiasme, non, nous
vous accompagnons, nous vous suivons.
Malheureusement je pars aujourd’hui à Kaboul, faire travailler la
troupe afghane que nous suivons depuis 5 ans maintenant  jusqu’au 20
avril. Je ne serai donc pas là le 10 avril, et la troupe qui joue deux
fois le samedi, non plus, mais Charles-Henri Bradier, mon assistant et
maintenant co-directeur du Théâtre du Soleil essaiera d’être parmi
vous. De toutes façons, si vous le souhaitez, parlons-nous par mail.
Même à Kaboul c’est (presque toujours) possible.
J’espère que l’occupation du 104 ne va pas vous mettre plus de
problèmes sur les bras que de solutions! En tous cas, pour des
rencontres, des conversations fertiles, des moments de recherches et
de découvertes politiques, bref des actions, le Soleil serait ravi de
vous offrir l’hospitalité, quand il le peut, c’est à dire les lundis,
mardis, et dimanches soirs.
Très amicalement
Ariane Mnouchkine, Théâtre du Soleil, Paris

Finalement, que voulons-nous – tous ? Que le monde brille d’un éclat
plus lumineux. Pour ma part, je ne partage pas l’envie de prendre le
104 par exemple, car de toute façon à un moment, il faudra se coltiner
avec l’administration culturelle de laquelle rien de bon, en terme
d’éclat lumineux, ne peut sortir. Et je vous livre l’extrait d’une
parole de Thomas Bernhard lue (juré que c’est vrai) ce matin : « je
suis contre toutes les subventions, contre toute pension, il ne faut
pas donner un sou aux artistes. Ce serait l’idéal, là, il en sortirait
peut-être quelque chose. Les artistes, quand ils veulent passer par
une porte, il faut absolument la leur fermer… Aucun encouragement
aux activités artistiques ! Il faut que tout se soutienne soi-même.
Même les grandes institutions il ne faut pas les subventionner. Il
faut suivre le principe commercial : « Bouffe ou crève. » C’est parce
qu’il y une aide pour tout que tout ce qui est culturel est foutu, ici
[en Autriche]… Et les gens, et bien qu’on les licencie, ces gens,
ils deviendront peut-être plus vivants, on ne voit se promener que des
cadavres dans les grands théâtres, il y a comme ça des milliers de
gens qui ne servent à rien, en fait, et qu’on ne fait
qu’entretenir. » (entretien avec Krista Fleichmann, l’Arche, 1993.)
Et je sais en même temps, que Beuys, il y 30 ans prônait le contraire.
Je ne vois d’autre solution aujourd’hui : se sentir davantage
« anarchiste » que réformiste. Autonome que syndiqué.
Guillaume Leingre
leingre@wanadoo.fr
Vendredi 2 avril
Je souhaiterais suivre le flux ces prochains jours,  et comme je n’ai
vu au 104 que des gardiens soucieux de leur mission sécuritaire ….ne
dérogeant à l’habitude en ces lieux, je vous remercie de me tenir
informé  des rendez vous les plus proches, En espérant que tout soit
encore possible!
Pascaline Denimal
pascalinedenimal@yahoo.com

Je joins à ce message la brève expression de ma plus grande solidarité
et de mon infini enthousiasme pour ce projet d’occupation pacifique,
vaste et admirable entreprise qui m’apparait comme un champ des
possibles à défricher, cultiver, construire pour faire coïncider ses
hectares avec les espoirs que son avènement avait permis avant de les
faire taire (peut être en particulier pour les tout-juste diplômés
d’écoles nationales dont je fais partie).
Dorothée Smith, artiste, commissaire d’exposition.
dorotheesmith@gmail.com

Vous avez avec l’ADADA (Coordination des artistes de Basse-Normandie)
un soutien massif des cousins de province. on va suivre du plus prés
possible l’occupation du 104 histoire de lui donner une portée
nationale ! Avanti populo à la riscossa !
Jean-Pierre Dupuy
jempy.dupuy@wanadoo.fr

Très belle action. Evidemment avec mon soutien. Je veux suivre
l’affaire de près. Merci de me tenir au courant
Olivier Marboeuf, directeur de l’espace Khiasma, Les Lilas
omarboeuf@khiasma.net

Votre initiative a toute ma sympathie. Le 104 aurait en effet à
trouver un autre souffle, et nous sommes nombreux à avoir besoin d’un
lieu ouvert à nos tentatives, esthétiques et politiques, non
marchandes et non spectaculaires.
Valérie Marange, philosophe, fondatrice du lieu de l’autre.
marange@no-log.org

Si j’étais sur Paris je serais avec vous. Faut y aller, déterminés et
frondeurs. L’époque est trop rude aux artistes. Il est temps que l’on
se remette sur les voies de la contestation réelle.
Isabelle Lasserre, artiste, Atelier à la renverse, Bordeaux
atelierlarenverse@orange.fr

Quelle belle opération ! Je soutiens.
David Zerbib, philosophe, essayiste
dzerbib@free.fr

Il est en effet grand temps de réinventer…et de prendre les choses
en main….cette prise de position (et d’opposition!) me semble un
premier pas digne d’intêrêt ! Je lirais avec attention la suite des
« opérations », en espérant pouvoir y participer sous peu…. A très
bientôt, et avec tout mon soutien
Emmanuelle Vo-Dinh, chorégraphe, compagnie Sui Generis
e.vo-dinh@wanadoo.fr

Je vous soutiens avec passion parce que cette action rafraîchit: c’est
un coup de vaporisateur spontané dans le moisi procédurier! Ça dit oui
c’est possible et le lieu des possibles c’est celui des artistes. Et
ça me dit à moi, étudiante et future professionnelle que certains
répondent présents que ces 30 là sont 300 spartiates! et que le
fatalisme est has been ! UN AUTRE 104 EST POSSIBLE!
Anaïs Heureaux, étudiante à l’Ecolne Nationale Supérieure des Arts
Décoratifs, Paris.
anais.heureaux@ensad.fr

Je suis un peu loin (Avignon/Marseille) pour être avec vous sur place,
mais bravo !
Josué Rauscher, artiste
contact@josuerauscher.net

Je ne connais pas le 104, mais je soutiens votre action. Les espaces
dédiés à l’art sont rares et précieux, il faut faire le possible pour
les garder comme des lieux de liberté d’expression.
Ramona Poenaru, artiste
poracri@yahoo.fr
Bravo! Je ne peux malheureusement pas être avec vous aujourd’hui mais
je trouve que cette « action »  est artistiquement et politiquement la
plus excitante depuis bien longtemps! Elle amène de l’oxygène et
propose quelque chose de constructif qui ne s’arrête pas à défiler une
après-midi et au revoir.
Séverine Batier, comédienne et metteur en scène, Théâtre de Buée
sev.batier@orange.fr

Je ne pourrai être avec vous aujourd’hui, je suis en tournée avec
l’Odéon à Chambéry. Non seulement je soutiens votre initiative mais en
plus j’ai l’impression que tout le monde l’attendait !!
Ce 104 est une coquille vide depuis le début, la nomination des 2
directeurs dont la mission n’était ni de programmer ni de
véritablement accueillir a été pour le moins incompréhensible voire
scandaleuse. Ce lieu est effectivement une grosse opération
communication pour la ville de Paris, une coquille vide au budget de
fonctionnement démesuré. Cela me rappelle le lieu de danse à Sablé sur
Sarthe (la ville de Fillon) dont le budget ne permettait que de payer
les 4 permanents, aucun spectacle ne pouvait venir !! Bon courage, de
tout coeur avec vous, cette initiative me réjouit.
Samuel Churin, comédien
samuel.churin@neuf.fr

Nous ne pourrons malheureusement être présents ce jour, mais tenons à
vous affirmer notre total soutien pour l’action entreprise.
Agnès Dufour, directrice administrative, et Jean-Louis Mechali,
directeur artistique, Lutherie Urbaine, Bagnolet.
lutherie.urbaine@free.fr
Nous ne pourrons malheureusement pas vous rejoindre ce jour pour
poursuivre ce grand chantier de réflexion et d’occupation du 104.
Pourtant, nous sommes conscients qu’il est urgent de nous interroger
collectivement sur l’avenir d’un tel lieu dont les impasses sont
symptomatiques de la culture et de ses laboratoires en France :
centralisation étouffante, vitrine fermée, cloisonnement entre les
arts et entre les artistes, … Il nous semble légitime en temps
qu’artistes et que citoyens de continuer de chercher, avec vous tous,
les solutions que nous pourrions y apporter.
Bénédicte Le Lamer & Pascal Kirsch, metteurs en scène
cie.pequod@free.fr

En voilà une belle idée ! Tenez bon ! On envoie des renforts !
Mme Miniature
madameminiature@free.fr
Je tenais à témoigner tout l’enthousiasme et l’intérêt que votre
démarche fait naître en moi et chez beaucoup de personnes je présume.
Ouvrir des espaces mentaux d’utopies est vital. Que cela se passe au
104 sonne plus que juste. BRAVO de rendre un tel geste possible.
Géraldine Chaillou, Conseiller artistique Théâtre de la Bastille,
Paris
gchaillou@theatre-bastille.com
Je viens de recevoir de Bruxelles un autre 104 est possible. OUI Super
Merci  !
Fazette Bordage, Institut des Villes.
fazette.bordage@institut-des-villes.org

Bravo pour cette initiative ! Bien excitant j’imagine. Dans l’attente
de découvrir les suites,
Michel Quéré, IETM, Bruxelles
michel@ietm.org

Un groupe qui veut faire vivre le 104, bravo, j’adhère. Je suis
comédienne, chanteuse et pédagogue (ateliers divers) et j’habite le
XXème limitrophe du XIXème. Je suis le 104 depuis les travaux, avant
même l’ouverture, en me disant que ce serait un lieu vivant dans le
quartier, espérant qu’il soit à la fois ni trop élitiste ni trop
démago, ouvert à des propositions personnelles et éclectiques, sans
genres ni modes particuliers, convivial… Je n’ai jamais pu y
rencontrer un responsable, ni avoir au téléphone quelqu’un d’autre
qu’une hôtesse ne sachant que répondre. J’y suis allé plusieurs fois
voir des expos, concerts, conférences… Je n’ai pas trouvé l’envie
d’y proposer quoi que ce soit. Aucune vie dans ce lieu, sentiment de
vide, de gâchis (à part le récent festival Présences électronique mais
qui n’est pas une programmation à l’initiative de l’équipe du 104).
Une autre vision pour le 104 ? Faire vivre ce scandaleux gouffre
financier ? Je soutiens ceux qui y croient et suis prête à y croire
aussi activement.
Dominique Fonfrède, artiste, Paris.
fonfrede@free.fr

Rapidement, je voulais envoyer un message de soutien, ayant pris
connaissance de l’action par l’intermédiaire d’amis. Enfin, s’occuper
du 104!!
Marguerite Papazoglou, danseuse
margueritepapazoglou@yahoo.fr

Bravo pour cet appel des plus stimulants et merci d’être l’éveilleur
d’ont nous avons tellement besoin! J’aurais aimé être des vôtres, il y
avait là matière pour La Fabrique du Monde.
Faut qu’il se passe quelque chose qui prouve que nous sommes toujours
vivants et capables de réagir à ce qui se passe avec ces politiques
culturelles délétères.
Sonia Léontieff, réalisatrice-documentariste, Montréal
leontieffsonia@sympatico.ca

Je soutiens cette action d’occupation, occupation d’un territoire
abandonné, celui de la pensée de l’art. Je soutiens cette agitation,
cette utopie, cet emballement, ce pas de côté, ce chemin où il s’agit
de se (ré)unir. Courage à vous tous, où depuis Nancy, il n’y à rien à
occuper.
Perrine Maurin, metteur en scène, directrice artistique de la cie Les
patries imaginaires, Nancy
lespatries.imaginaires@laposte.net

Un lieu pour faire exister 104 micro projets artistiques.
Thierry  Giannarelli, Cie l’Imparfait, Cabasse (Var)
thierry@limparfait.org

Il est sain que des citoyens parisiens se mêlent de ce qui les
regarde, c’est à dire la vie de leur cité et notamment la vie
culturelle, artistique. Je ne vois rien de choquant à ce qu’un
collectif de citoyens impliqués dans la création contemporaine et de
surcroit intéressés par le vivre ensemble se pose des questions sur le
fonctionnement d’une institution culturelle qui selon différentes
informations n’a pas vraiment le souci du vivre ensemble culturel et
artistique dans un quartier très (trop peut-être) populaire. Que ce
collectif fasse un peu bouger les lignes par leur action est une bonne
chose eu égard aux sommes colossales dédiées à ce lieu. C’est aussi ça
la démocratie vivante, en mouvement. En tant que citoyen de base qui
paye ses impôts, je soutiens ce type d’action qui devrait faire
réfléchir les technocrates de la culture.
François Minod (commentaire posté sur http://theatre.blog.lemonde.fr)

Publicités

6 commentaires »

  1. Nous soutenons cette occupation pacifiste et symbolique qui consiste à prendre le pouvoir éphémère sur un établissement culturel public afin d’en questionner les buts et missions, le fonctionnement et les possibles. Et, à travers la situation du 104, de s’interroger sur la place donnée à la Culture quand tout est marchandise, rentabilité et contrat d’objectifs.
    Bernard Hasquenoph
    LOUVRE POUR TOUS

  2. medjahed said,

    bravo…

    • Laïda medjahed said,

      bravo et à tous la culture!

  3. Annie Arnal said,

    Heureux hasard ! Je passais par là ce matin pour voir et comprendre, et finalement découvrir ce fameux 104, que je n’avais jamais approché !! Vous commenciez une AG, ce qui m’a permis d’avoir des réponses immédiates et complètes à toutes mes questions, et de comprendre la place que vous occupez et le débat citoyen que vous initiez à partir de ce lieu. Réjouissant, rafraichissant et essentiel ce débat ! Généreuse initiative à laquelle j’adhère et que je soutien.

  4. Philippe Bua said,

    C’est avec un grand plaisir que je viens de prendre connaissance de votre initiative.

    Nous avons crée il y a maintenant quelques années, avec Nathalie Célarié, une association « RDV au 104 » destinée plutôt aux riverains du futur centre culturel. Nous avions de grands espoirs d’un lieu effectivement festif et ouvert vraiment à un public populaire. Avant les travaux et la nomination des directeurs, nous avons participé avec l’association aux réunions de quartier notamment avec Ricardo Busaldo et Joel Houzet. Plein d’idées ont été évoquées lors de ces réunions.

    Et au final aujourd’hui nous avons un grand lieu froid et souvent désert. Une fois découvert la magnifique architecture superbement rénovée, il n’y a pas grand-chose d’ouvert au public, il ne reste plus qu’à manger une pizza ! Même « le 5 » qui devrait être une ouverture culturelle pour le quartier est presque un bunker pour les visiteurs ! Et il faut qu’Emaus s’installe pour donner un peu de vie à ce lieu ! Je n’oublie pas la belle librairie bien achalandée et les quelques salons et bals qui donnent un peu d’animation au 104 de temps en temps. Je suis aussi attristé de voir ces 2 salles de spectacles, avec une superbe acoustique, sans programmation et quasiment sans évènement.

    Je soutiens votre projet de réflexion sur l’avenir du 104. Il ne faut pas casser ce bel outil culturel dans ce quartier populaire. Je suis tout de même inquiet du projet de nommer un gestionnaire pour diriger ce centre culturel.

    Je pense que la configuration du 104, notamment la halle Aubervilliers, est idéale pour programmer régulièrement des spectacles des arts de la rue. Au moins, ça donnerait de la joie et de la bonne humeur dans le quartier !

    Philippe Bua
    riverain du centquatre

    Ex secrétaire de « RDV au 104 »

    PS : une réussite tout de même : compter le nombre de personnes qui participent au Qi gong le samedi et le dimanche midi.

  5. leTriangle said,

    Le 104 est un lieu exceptionnel dont le potentiel n’a manifestement pas été pleinement exploité en terme d’accessibilité et de capacité.

    Le Triangle, nouvelle organisation fondée par de jeunes artistes et professionnels de l’entreprenariat de spectacle du 19ème, y réalisera son premier évènement les 29 et 30 mai en partenariat avec le 104.

    Il s’agit d’une manifestation éclectique à caractère écologique réunissant 26 lives de musiciens d’horizons variés (Trance, jazz, rock, minimale,progressive, dubstep, DnB, ethno,chill …) et 12 Djsets, soit 45h de musique réparties sur 3 espaces de 23h à 14h (salles 200, 400 et nef curiale).

    Les nouveaux talents que nous mettrons en scène se mêleront à des artistes plus chevronnés présentant leur nouveaux albums ou projets (15 nouveaux albums ou lives à découvrir sur Forest of Visions).

    Parmi eux, on citera par exemple Vincent Courtois, un des plus grands violoncellistes de Jazz européen, décoré chevalier de l’ordre des arts et des lettres par le ministère de la culture cette année, qui présentera son nouvel album solo sur le chillout « Forêt paisible ».

    L’objectif de la manifestation est de récolter des fonds pour protéger par décret 10 000 hectares de forêt amazonienne (soit la surface de Paris intra-muros) en partenariat avec l’association Zéro Déforestation.

    Sera également proposé un programme de conférences, d’expositions d’art amazonien et de projections (animées par Jan Kounen) sur le thème de la déforestation et du développement durable de 18h à 22h en entrée libre.

    Le lieu sera totalement transformé en une forêt luminescente à cette occasion par l’école d’architecture de la Villette, des équipes de décoration prestigieuses telles que les allemands Cosmic Walkers et des VJs aux installations visuelles innovantes.

    C’est un réel entremêlement des Arts que nous voulons proposer: Architectures, performances, musiques, cinéma, sculptures, bodypainting, théatre… Par cet évènement culturel et festif, nous espérons montrer aux parisiens que le 104 n’est pas réservé à une élite, que la musique électronique underground a encore sa place à l’intérieur de Paris.

    Le site web de notre évènement : http://www.letriangle.biz (dossier de presse en téléchargement sur l’onglet presse).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :